Comment la conception de la Terre-Ronde ou du Terra-Rondisme, qu'une majorité écrasante de catholiques professent inconsciemment, vient servir en définitive la religion gnostique au fil des siècles?

Go down

Comment la conception de la Terre-Ronde ou du Terra-Rondisme, qu'une majorité écrasante de catholiques professent inconsciemment, vient servir en définitive la religion gnostique au fil des siècles?

Post by Franravel on Thu Oct 18, 2018 6:31 pm

http://www.lecfc.fr/new/articles/148-article-3.pdf

Une amie vient de nous communiquer cet étude dont le lien est indiqué ci-dessus. Ce texte établit une recension rapide des auteurs savants du Moyen-Age, donc avant la parution du "de revolutionibus orbium coelestium" de Copernic en 1543, qui expriment déjà leur intérêt vers le Terra-Rondisme mais montrent par là que l'idée Terra-Platiste était encore très vive dans l'opinion et était défendue encore par quelques érudits comme Lactance. Ce texte a le mérite d'attester pourtant, même si l'auteur pense que la terre est ronde, que contrairement à ceux qui pensent et affirment que l'Eglise n'a jamais admis que la terre était plate, que cela n'a jamais été le cas pour cette dernière, loin s'en faut. Au contraire, le débat était très animé dans les universités, et Guillaume de Conches se plaint d'avoir même été chahuté par ses étudiants sur ce sujet. La réponse de cette ami qui m'a autorisé à la publier ici, démontre que la conception Terra-Rondiste aurait, dès les débuts du Christianisme, infiltré les milieux catholiques et même influencé certains Pères de l'Eglise pourtant très réticents à cette idée. Cette conception de la Terre-Ronde viendrait des philosophes pythagoriciens et se serait transmise par l'école d'Alexandrie avec Plotin. L'école d'Alexandrie, on le sait par les travaux d'Etienne Couvert puis d'Alain Pascal, était en rapport avec la les milieux kabbalistes, et on a une explication de la persévérance de l'idée de la Terre Ronde jusqu'à avoir atteint le paroxysme que nous lui connaissons de nos jours. Pour terminer cette introduction, cette amie met en évidence que le concept de Terre-Ronde a précédé le concept de Terre-Globe. En effet, au début de l'histoire de l'Eglise, on préférait parler de Terre oblate ou oblongue, ne connaissant ni n'acceptant d'antipodes; la partie habitée de la terre étant une portion de surface incurvée avec le Soleil, la Lune et les planètes orbitant au dessus de cette même surface. Puis peu à peu l'idée du globe s'est substituée à la première conception, tout comme l'idée du relativisme "einsteinien" s'est substituée à l'Héliocentrisme puis à la gravitation de Newton.
Voici ce texte:
*Saint Augustin, lui aussi ferme pour défendre l'inerrance biblique, a malheureusement eu la maladresse d'accepter la possibilité que la rotondité puisse être prouvée par les faits. Il entendait par là défendre de toutes façons que les hommes vivaient sur une partie supérieure et nier la possibilité d'antipodes. Mais ce fut une brèche par où s'engouffrèrent les détracteurs de la vérité, inspirés par l'Adversaire toujours au combat et à l'affut de la moindre faiblesse. Ils en profitèrent et en profitent toujours pour dire que les Pères de l'Eglise assermentés n'étaient pas "absolument ni catégoriquement" opposés à interpréter de manière ambigüe la Parole de Dieu. En voulant protéger un point, il a laissé la porte ouverte aux ennemis sur d'autres points.
*Ce texte qui se reconnait globiste mais affecte d'être objectif est cependant intéressant car même s'il s'efforce de ne mettre en avant que les tenants du globe dès les débuts du Moyen Age, trahit quelques sources, dont l'école dite d'Alexandrie. Or il est de notoriété publique que le Sanhédrin des juifs farouchement opposés à reconnaître Notre Seigneur Jésus-Christ comme messie divin, passé à la clandestinité et loin d'interrompre leurs activités insidieuses et maléfiques à l'encontre du christianisme, s'était établi à Alexandrie. Il semble manifeste qu'ils aient dévoyé des "théologiens"chrétiens ou se soient eux-mêmes faits passer pour tels afin dès le 8°s de tenter de dévoyer le christianisme de l'intérieur. Le Pape était-il alors au courant ? A quel point cela s'est-il répandu ?
*Ce texte reconnait qu'au 12 °s voire au 15°, le "vulgaire" à savoir l'opinion majoritaire du peuple chrétien était pour la vision biblique d'une terre présentant une face supérieure, bien que les contours ou que la morphologie précise soient loins d'être précis et justes. Cependant, l'attaque continuelle de la part de cette cosmogonie kabbaliste ésotérique a bien existé dès les débuts du christianisme. A quel point elle avait infecté toute la société, c'est plus difficile à déterminer. Il faut se pencher sur les faits et gestes et écrits des papes et théologiens réellement officiels et accrédités par l'Eglise catholique romaine. C'est comme si l'on soutenait que Theillard de Chardin est un Théologien officiel. C'est facile de détourner l'histoire en ne présentant que les opposants alors même qu'ils sont ultra-minoritaires ou représentent la dissidence de l'erreur.
*Un autre point intéressant est la façon malhonnête de présenter des textes présentant l'orbe terrestre en en déduisant que cela n'exclue pas le globe. Effectivement, mais c'est justement l'argument de fragilité qu'a employé le démon au cours des siècles pour faire évoluer discrètement et subtilement le sens des choses à des autorités ecclésiastiques peu méfiantes et naïves, en tout cas insuffisamment formées au point de vue scientifique et même sur les écritures. La déformation commence de manière infime pour finalement être entérinée et permettre une déviation plus drastique de la vérité.
Cela est pitoyable également comme les contemporains des époques passées se sont faits avoir par des arguments apparemment irréfutables comme la différence des vues du ciel au le zénith du soleil à son lever à l'est et à son coucher à l'ouest, témoignant surtout de l'ignorance des effets d'optique, et de loupe de l'atmosphère humide, et d'erreurs de conception du modèle, non centré autour du pôle Nord mais articulé en carré avec le Nord, sud Est et Ouest aux extrémités. Cela est significatif de combien une erreur qui peut sembler sans conséquence peut aboutir grâce à un raisonnement basé sur des prémices infondées et erronées à des résultats totalement contradictoires et faux.
Il est cependant dommage que les théologiens n'aient pas été davantage vigilants à défendre l'inerrance biblique mais se soient davantage appliqués à essayer de tordre l'interprétation des Ecritures afin de les faire concorder avec les idées officielles et changeantes du moment.

L'impression que me donne ce texte farouchement ennemi de la vérité, est qu'il n'arrive cependant pas à masque le fait que toute la société du Moyen-Age était, de par son adhérence à une foi chevillée au corps, profondément convaincue d'une cosmogonie, qui bien que maladroite et farfelue, affirmait une terre en dessous et un ciel au dessus, ainsi qu'un soleil en mouvement.
Cependant, le travail acharné des esprits maléfiques est bien manifeste dès les débuts de l'histoire de l'Eglise, et ce travail de sape a été lent, certes fastidieux, mais ininterrompu, acharné et efficace jusqu'aux terribles mensonges actuels. Il est évident en regardant l'histoire qu'il s'agit d'une stratégie très construite, organisée et prévoyant ses coups longtemps à l'avance. Jamais l'héliocentrisme n'eut été envisageable sans la rotondité de la terre, sans parles de ses corrolaires, le big bang, l'évolutionnisme, le matérialisme et l'athéisme...
Soit dit en passant, je suis très déçue de ces représentations du monde anciennes en forme de globe surmonté d'une croix, en particulier par les empereurs germaniques, les rois ou même la vierge de la rue du bac comme pour mieux le cautionner. Certes, il est possible de considérer ce globe comme l'ensemble des enfers, de la terre et du firmament. Cependant, l'ambiguïté possible avec les ennemis de la Parole de Dieu me laisse à penser que Dieu a permis cette supercherie pour mieux nous laisser libres d'écouter les sirènes du mensonge à notre gré et pour manifester davantage le contraste avec son retour imminent, préparé par cette prise de conscience incroyable actuelle ainsi que la mise au jour d'écrits qui avaient été cachés pendant si longtemps comme le livre d'Henoch.*

Il faut absolument dans ce combat, mettre en évidence l'implication de la gnose avec ses alliés que sont la Kabbale, l'ésotérisme, la théosophie, la Franc-maçonnerie jusqu'à ses applications pratiques sur le plan politique que sont le mondialisme et Sionisme, avec le système cosmographique élaboré relativiste einstanien fondé sur l'évolutionnisme intrinsèque.
Ce système einsteinien (qui se superpose au Terra-globiste puis à l'héliocentrisme par la suite_le modèle de Ticho-Brahé n'apparaissant que comme un compromis entre les deux) est fondamentaliste lui aussi. Il s'appuie entre autre sur les postulats de la gravitation et de la nature corpusculaire de la lumière. Hors de ces deux dogmes, point de salut terrestre. Il est à remarquer aussi que ce système développe la théorie de l'univers en pleine expansion en faisant intervenir la constante de Hubble, qui d'ailleurs est toujours ajustée ou modifiée selon les anomalies inévitables et multipliées rencontrées, inhérentes à la complexité du modèle que l'on ne réussit pas à synthétiser avec satisfaction. Il est curieux, quand-même, de constater sa ressemblance avec le phénomène de l'Ensof de la Kabbale. C'est le dieu immanent à la matière ou à l'univers qui connaît des dilatations (dont le Big-Bang est la cause) et des contractions (Big-Crunch si la masse de la matière est insuffisante pour admettre l'expansion élastique constante). C'est donc, transposé à la métaphysique un dieu qui capte la matière et s'identifie à elle, quand cet univers s'étend, et au contraire quand il se contracte, l'abandonne, et ce qui reste en dépôt sont les âmes migratrices enlevées à leur corps, formant des éons et des archontes. C'est comme les marées qui vont et se retirent.
Écoutant, il y a 2 ans une émission sur Radio-Courtoisie passée vers 1991, dans la laquelle avait été invité un astrophysicien américain anti-évolutionnisme et anti-relativiste, mais malheureusement adepte du globe, celui-ci, ayant eu des difficultés avec ses collègues aussi bien Français qu'Américains, racontait que par son anti-relativisme, il avait été par eux amalgamé à l'anti-sémitisme parce que, bien-sûr, il remettait en cause Einstein qui était Juif!!!
C'est effrayant quand-même de constater ce conditionnement idéologique qui est vraiment mortifère mais qui illustre parfaitement la mentalité de la science d'aujourd'hui.

Franravel

Posts : 5
Join date : 2018-05-06

View user profile

Back to top Go down

Back to top

- Similar topics

 
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum